mercredi 16 mai 2018

COMMUNIQUÉ



Ses collègues élus du groupe Villecresnes Avenir au sein du conseil municipal de Villecresnes et l’ensemble des adhérents de l’association, ont l’immense tristesse d’annoncer le décès, d’Annie-France VIDON, survenu hier soir, mardi 15 mai.

Élue depuis 1995, elle a exercé ses responsabilités municipales sous 5 maires : Pierre Gravelle, Xavier Pozzo di Borgo, Pierre-Jean Gravelle, Daniel Wappler et Gérard Guille.

Durant 13 années, elle fut adjointe au maire en charge des affaires scolaires, fonction dans laquelle elle avait réalisé un travail de fond et gagné la confiance des enseignants, du personnel des écoles, des parents d’élèves et de leurs représentants.

Nous pensons à sa fille Astrid, à sa petite-fille Elisa et à toute sa famille.   

La cérémonie d'obsèques sera célébrée mercredi 23 mai 2018 à 10h30 en l'église de Villecresnes

mercredi 9 mai 2018

Le maire de Villecresnes renvoyé devant le tribunal correctionnel

Après plus de deux années de procédure, malgré plusieurs appels et un pourvoi en cassation introduits par son avocat, le juge d'instruction vient de prendre une ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel, à l'encontre de Gérard Guille, pour diffamation envers particuliers.



Cliquer sur les images pour agrandir
Le 15 septembre 2015, plusieurs élus de la précédente équipe municipale, dont l'ancien maire, avaient déposé une plainte pour diffamation contre Monsieur Gérard GUILLE, suite aux propos tenus publiquement lors du conseil municipal du 30 juin dernier, au cours duquel il avait violemment accusé les membres de l'ancienne majorité d'avoir emmené l'ensemble des dossiers en cours, à l'issue de leur mandat. Les personnes mises en cause avaient considéré que cette accusation, gravissime dans son contenu et sans fondement, portait gravement atteinte à leur image publique et à leur honneur. 



L'acharnement du maire et de son avocat n'auront donc pas suffi pour lui éviter de comparaître.



jeudi 3 mai 2018

Réunion de conseil municipal tendue

Voici, à chaud, quelques éléments d'information sur la réunion du conseil municipal qui s'est tenue hier soir, 2 mai. Tous ces points ont été filmés et les vidéos seront mises en lignes dans quelques jours.

Débat sur l'avenir de l'école Espoir Autisme
Le maire a déclaré avoir versé 23500 euros en 2017 et plus si l'on tient compte des prestations et des prêts de salle. Il a ajouté que la municipalité n’accorderait aucune subvention exceptionnelle à l'association Espoir Autisme et tente de s’abriter derrière les Villecresnois dont il signale le peu d’engagement pour cette cause.
Il oublie simplement qu’un maire a la responsabilité et le devoir moral d’aider les familles de sa ville lorsqu’elles se rencontrent des problèmes qu’elles ne peuvent résoudre seules.
Ce qui est demandé à la municipalité, c’est d’aider l’association et les parents en attendant la mise en place de moyens institutionnels.
Il refuse. Il devra donc rendre des comptes si cette école pour enfants autistes venait à fermer.
Pour notre part nous reviendrons sur ce sujet grave dans les prochains jours et nous évoquerons les ressorts du comportement de messieurs Guille et Debarry sur cette question.

Lire l'article publié par Le Parisien 
“Il n'a jamais été question de réattribuer une telle somme en 2018” rétorque Thierry Debarry. N'en déplaise à cet adjoint, dont le souhait de nuire à l'association semble sans limite, Gérard Guille avait déclaré alors “Je confirme l'engagement à pérenniser cette école..”. Il suffit de revoir la vidéo de cette déclaration :



Réservation des grands appartements du projet COGEDIM

Le maire s’est offusqué de la lettre ouverte de l’opposition et rejette tout délit d’initié. Il s’appuie sur une lettre de la COGEDIM qui est bien alambiquée. La voici : Lettre de la COGEDIM (cliquer)
Nous prenons acte de cette réponse et donnons rendez-vous à tous lors de la livraison des appartements : nous verrons alors si la vérité nous a été dite ce 2 mai 2018.

Accessibilité
L’accès des personnes à mobilité réduite aux bâtiments publics a donné lieu à des débats houleux. L’étalement des dépenses sur 9 années a été refusé par l’opposition qui juge le délai beaucoup trop long et craint un effet d’annonce de la part du maire et le report des réalisations vers son successeur.
Le maire a également été mis en défaut au sujet de l'action passée de la commission à l’accessibilité dont l’existence remonte à l’ancienne mandature qui a un certain nombre de travaux à son actif, contrairement à ses accusations.

Finances
L’examen détaillé de l’exercice budgétaire 2017 est inquiétant pour ceux qui seront aux affaires lors du prochain mandat : évolution des charges à caractère général et des frais de personnel, augmentation de la dette et des impôts, baisse de l’épargne, investissements prévus non réalisés..(sur les 6 millions d’investissement prévus seulement 3 ont été engagés. Vive les nids de poule et les pissenlits dans le cimetière. Nos impôts enrichissent les banques.)
Exposé complet de notre analyse bientôt en ligne 

Subventions aux associations

Décidément nous ne saurons pas comment les subventions sont attribuées aux associations. Monsieur Debarry a été mis en cause par l’opposition au sujet de l’opacité de ses pratiques et de l’absence de règles d’attribution clairement énoncées. La “tête du client” ne saurait être une politique. Le maire ne l'a pas soutenu.

Des amendes injustement payées par la collectivité
Nos élus ont identifié dans le budget 2017 le paiement d’une amende de 675 €. Il s'agit d'une amende pour non dénonciation de conducteur et selon les textes en vigueur cette amende aurait dû être payée par le maire sur ses deniers propres et non par le budget municipal. 


Nous allons y veiller !