samedi 17 février 2018

Déni de démocratie et manque de respect

Jeudi soir se tenait une réunion du conseil municipal.
Les élus de notre groupe souhaitaient intervenir et faire au maire, par le biais d'une déclaration préalable, un certain nombre de remarques sur le projet immobilier du centre-ville. C'est un processus tout à fait légal et communément admis dans toutes les instances qui fonctionnent de manière démocratique. Mais pas chez nous !

Monsieur Guille a obstinément refusé de laisser la parole aux représentants de Villecresnes Avenir, et ce, sans donner la moindre raison. Il est néanmoins permis d'imaginer que la parution d'un article peu glorieux sur sa gouvernance dans Le Parisien, la veille, ainsi que la présence d'agents dans le public l'aura fait basculer en mode “panique”.

Les élus minoritaires n'ont en réalité que deux moyens de se faire entendre et de faire avancer les dossiers importants : les questions orales (on y reviendra) et les déclarations générales. 
Le maire qui, déjà, refusait de répondre sérieusement aux questions qui lui étaient adressées refuse maintenant d'entendre. La démocratie traverse une période bien difficile à Villecresnes.
Encore 2 ans !

Voici deux vidéos qui permettent de se rendre compte des difficultés rencontrées par nos élus, mais également de leur ténacité et de la cohérence de leurs idées.
  • La première montre l'attitude du maire 

  • La seconde reprend la déclaration qu'il aurait dû entendre jeudi soir



A suivre dans les prochains jours, les autres moments forts de cette séance : le débat sur le vote du budget 2018 et la réponse aux questions orales 


lundi 12 février 2018

Actualité

Voici trois publications qui ont trait à la vie municipale villecresnoise

1) Un article du Parisien de ce jour qui pose la question du recul du maire sur le projet du .centre-ville. Le recul est réel et les nombreuses signatures recueillies à la lettre ouverte ont été déterminantes.
Cliquer sur l'image pour lire
2) La liste des questions qui seront posées au maire par les élus de notre Groupe pour qu'il y soit répondu lors de la réunion du conseil municipal du jeudi 15 février.
Cliquer pour lire l'ensemble des questions
3) Le coup de gueule d'un acteur engagé dans la vie des jumelages à la suite de la tentative du maire d'en "récupérer” la réussite alors que son implication est proche de zéro. (Cliquer ici pour lire)