mardi 16 janvier 2018

Réponses aux questions posées au maire lors de la réunion du CM du 10 janvier 2018

Voici la vidéo des réponses apportées par le maire aux questions des élus du groupe Villecresnes Avenir lors de la séance du 10 janvier 2018.


1ère question :
Nous savons que des représentants des villes jumelles, présents lors du marché de Noel, ont été choqués de l’accueil qui leur a été réservé, au point de douter d’une prochaine participation. Confort des stands et repas semblent avoir été budgétés chichement.
Nos questions précises sont :
  • Quel était l’élu en charge d’organiser le marché de Noel ?
  • Quel budget avez-vous consacré à cette manifestation ?
  • Pourquoi n’avez-vous pas organisé parallèlement une participation de Villecresnes au marché de Noel de Weissenhorn ?

Comme d'habitude toute va bien. Les représentants de Weissenhorn et de Zibido étaient confortablement installés sous des tentes qui ne prenaient pas l'eau, ils ont été ébahis de la qualité des repas qui leur ont été offerts, ainsi qu'aux familles d'accueil, qui bien sûr étaient invitées. 
Mais, malgré la perfection de votre organisation, les membres de l'AVESF présents au marché de Noel de Weissenhorn pourront utilement conseiller  l'organisatrice, Mme Maillet, l'an prochain.

2éme question
La fréquentation du marché de Villecresnes décroît de mois en mois. Avez-vous effectué des mesures de son évolution, notamment depuis l’organisation en mai et juin 2015 d’un concours doté d’une TWINGO, censé relancer le dynamisme du marché ? La dépense effectuée pour l’occasion s’est-elle révélée efficace ?


Nous ne devons pas avoir la même conception de ce que devrait être un marché dynamique. Les Villecresnois pourront juger par eux-mêmes du sérieux que le maire apporte aux questions qui lui sont posées.

3ème question : 
Le 5 décembre 2017 le groupe Villecresnes Avenir vous a envoyé une lettre recommandée sans réponse à ce jour à propos de la future construction en centre-ville dont le projet n’a toujours pas été présenté à la commission d’urbanisme, aux élus et à la population.
Pouvez-vous donc nous indiquer si la municipalité est propriétaire de toutes les parcelles concernées par la vente du terrain pour cette réalisation et nous faire parvenir les justificatifs des actes de propriété ?


Monsieur Guille nous accuse de publier des photos truquées, de manquer d'objectivité, de respect et de tenter de manipuler nos concitoyens.
Il est vrai qu'en matière de manipulation monsieur Guille est un expert. Voici comment, en septembre 2013, il illustrait son appel à pétition par une photo qui n'avait rien à voir avec Villecresnes. Cliquer ici pour revoir sa publication. (ou sur l'image ci-dessous pour la seconde page)
Cliquer pour grossir

Contrairement à lui, nous avons précisé que notre photo “constituait une simulation réalisée à partir du bâtiment d'Atilly pour vous permettre de vous rendre compte de la hauteur de l'immeuble prévu par le maire.
Pire encore pour sa crédibilité, il avait en outre ajouté :“ Le promoteur du Bois d'Auteuil est le même que celui qui a construit le fameux quartier des Temps Modernes à Limeil-Brévannes, où les problèmes se sont accumulés.

Mais alors, monsieur le maire, pourquoi avoir confié votre projet du centre-ville à monsieur JOBBE-DUVAL, ce promoteur à problèmes que vous accusiez il y a quelques mois ?
N'est-ce pas ce même promoteur qui vous a ôté une grosse épine du pied en rachetant à la ville des terrains dont les autres ne voulaient plus ?
N'a t-il pas alors, tout simplement, obtenu de votre part une modification du PLU propre à permettre une compensation pour services rendus ? Un étage supplémentaire et quelques logements en sus par exemple ?

Répondez clairement au lieu de tenter de noyer le poisson par un verbiage loin de la réalité ?

dimanche 14 janvier 2018

Le maire de Villecresnes de nouveau condamné !


L’AVESF (Agir à Villecresnes pour des Échanges Sans Frontières) existe de puis octobre 2014. Depuis sa création, cette association est victime d’ostracisme de la part du maire Gérard Guille et de son adjoint Thierry Debarry. Cela s’est traduit depuis plus de 3 ans par la non-inscription à l’annuaire des associations, par l’interdiction de participer au forum de associations (voir article du Parisien du 8 septembre 2015) et par le refus de mettre une salle à sa disposition pour les cours de langue qu’elle dispense.

Face à cette attitude destructrice et contraire à la loi, le conseil d’administration de l’association, après avoir épuisé tous les recours amiables possibles, a décidé d’introduire une requête auprès du tribunal administratif de MELUN, afin de faire “constater l’attitude discriminatoire de la municipalité et de lui enjoindre de respecter l’égalité de traitement avec les autres associations culturelles et sportives de la ville”

Le tribunal vient de rendre son jugement et ses conclusions sont sans appel :
  1. Prétendre que l’AVESF serait une association politique au motif que l’ancien maire en est administrateur, ne constitue pas un motif pouvant justifier les refus.
  2. Aucun principe ne fait obstacle à ce qu’une association se donne pour objet social d’intervenir en son nom propre, dans le domaine des relations avec les communes jumelées.
  3. En refusant la mise à disposition d’une salle, l’inscription dans l’annuaire des associations et l’octroi d’un stand au forum des associations, le maire a méconnu le principe d’égalité.
En conséquence les décisions du maire et de son adjoint sont annulées car contraires à la loi. Ils ont désormais l’obligation de réexaminer les demandes de l’AVESF dans un délai d’un mois à compter de la notification du jugement.

Dans cette affaire, Il serait temps que l’intelligence prenne le pas sur l’autoritarisme et que messieurs Guille et Debarry décident de sortir de cette situation par le haut, car l’activité et le service qu’apporte l’AVESF n’ont pas d’équivalent à Villecresnes. Ils le savent pertinemment. 

mardi 9 janvier 2018

Nos questions pour la réunion du conseil municipal du 10 janvier 2018

Voici les questions que le groupe Villecresnes Avenir a fait parvenir au maire, pour qu'il y soit répondu au cours de la prochaine réunion du conseil municipal, prévue mercredi 10 janvier 2018 à 20h30. 

Comme d'habitude les réponses seront filmées et diffusées sur les réseaux sociaux.


Cliquer sur l'image

dimanche 7 janvier 2018

Merci aux habitants de Villecresnes qui ont signé la lettre au maire

Grâce à vous, le maire vient de reculer sur son projet de construction d’un immeuble en centre-ville !

Après des consultations en catimini avec des promoteurs immobiliers, le maire de Villecresnes a lancé durant l’été, en pleines vacances, une procédure de modification simplifiée du plan d’urbanisme de Villecresnes, soumise à l’approbation du Territoire, Grand Paris Sud-Est Avenir (votée le 13 décembre 2017).

A la lumière des informations disponibles en mairie et des différentes déclarations du maire, soit à Villecresnes, soit à la presse (Le Parisien du 31/8/17 et 94 Citoyens des 31/8 et 5/12/17), une lettre ouverte à monsieur Gérard Guille, maire de Villecresnes et aux élu(e)s, a recueilli en 10 jours à peine, avant les fêtes de fin d’année plus de 500 signatures.

Il semble aujourd’hui que devant cette mobilisation de la population, le maire se soit vu contraint de reculer :
  • L’immeuble aurait un étage de moins, la création architecturale à son sommet serait supprimée,
  • Il y aurait moins de 80 logements en tout,
  • Le parking public comprendrait environ 70 places, mais sur un seul niveau. Rappelons qu’il existe actuellement à cet endroit 41 places en surface, ce qui ne fournirait que 29 places nouvelles de stationnement, et sûrement payantes, à rapprocher avec l’augmentation de la population !

Face aux difficultés rencontrées en centre-ville, est-ce bien un projet à la hauteur des enjeux réels ?

Nous ne sommes qu’à la fin de la première étape du combat pour le centre-ville de Villecresnes. Seule la vigilance de tous a permis ce premier résultat. Il nous faut rester très vigilants pour la suite.

Nous attendons les explications, sans doute prochaines, du maire, elles sont urgentes. Alors que la demande de permis de construire n’est pas déposée, ni le déclassement du terrain voté, la COGEDIM dès le 3 décembre 2017, faisait déjà figurer sur son site web la pré-commercialisation de cet immeuble (livraison fin 2020).

Le parking public sera-t-il payant alors que nombreuses sont les municipalités qui choisissent la gratuité des parkings en centre-ville ?
Quelles seront les réponses données aux problèmes de stationnement, aux difficultés des commerces implantés dans la ville, au nombre de places disponibles dans les écoles, aux demandes d’accès aux soins etc. ?
Y a-t-il un plan global de réhabilitation du centre-ville ?

Comme depuis le début, nous vous tiendrons informés des évolutions.