mercredi 16 novembre 2016

Brèves d'actualité n°3


L’administration municipale est bancale depuis que le maire s’est séparé ou n’a pas remplacé des éléments-clés de l’administration municipale.
Excusez du peu. Notre ville fonctionne sans directeur général des services (DGS), sans Ingénieur directeur des services techniques (DST), sans directeur financier, sans directeur de l’urbanisme.
Pourquoi tous ces cadres ont-ils fui la gouvernance de monsieur Guille ?
Le pire est que ce déficit de compétence ne peut être compensé, même provisoirement, même partiellement par des élus, à qui le maire ne fait manifestement pas confiance.
Résultat : beaucoup de courriers restent sans réponse, beaucoup de questions demeurent en suspens et les réunions de conseil municipal se résument à la lecture des délibérations, mot à mot, y compris celle des erreurs qui ne sont pas repérées.
Au moins les élus de l’opposition, eux, connaissent les dossiers et les travaillent avant les débats.

L’incertitude augmente à propos de la fibre optique. On ne compte plus le nombre de Villecresnois qui se voient répondre que la fibre n’est toujours pas disponible dans leur quartier, ni ceux à qui on a affirmé le contraire mais qui se retrouvent confrontés à des difficultés de branchements.
Beaucoup de nos concitoyens relatent leur incompréhension sur les réseaux sociaux.
S’il est aisé de comprendre que tout ne peut être fait simultanément, l’absence d’implication du maire et de ses services sur cette question majeure et l’inexistence d’un calendrier prévisionnel clair sont insupportables.
Pourquoi monsieur le maire se désintéresse-t-il du dossier de la fibre ?
Devant ce désert de communication, des citoyens ont entrepris de se mobiliser et nous relaierons leurs questions auprès du maire dès le prochain conseil.

Rue Cavaillès
Des habitants de la rue Cavaillès se sont élevés récemment contre la construction, autorisée par le maire, sur un espace inconstructible de quatre pavillons. (Lire l’article du Parisien)
Le PLU de Villecresnes possède pourtant pour cette zone, un secteur de paysage à préserver (EPB)comportant l’interdiction de construire sauf à compenser par un espace équivalent.
Que dit exactement le PLU sur ce sujet ?

“Dispositions complémentaires pour la partie délimitée au plan de zonage comme secteur de paysage à préserver. Ne seront admis que :

  • Pour les constructions existantes dans cet espace, les travaux de réfection, rénovation, entretien ou extension limitée et ce dans le cadre des utilisations et occupations du sol admises au présent article.
  • Les travaux ou aménagements liés à l’entretien, la gestion de cet espace.
  • Les espaces réservés au stationnement, dans la mesure où ils sont traités dans un souci d’aménagement paysager et qu’ils n’entraînent pas une imperméabilisation des sols.
Dans tous les cas les travaux ainsi autorisés ne pourront porter atteinte à la qualité ou à l’intégrité de cet espace.”
Cliquer pour agrandir

Dans l’article le maire avance l’argument du ”contrôle de légalité en préfecture”. Cet argument n'est pas recevable car le contrôle de légalité ne vérifie réellement que les gros permis (à partir de 30 logements). Mais on a l'habitude de le voir se défausser sur d'autres.
Là également nous interpellerons le maire lors du prochain conseil

Navette scolaire. Après avoir promis la mise en place d’une navette gratuite pour les élèves transférés au groupe scolaire du Bois d’Auteuil avant les vacances, le maire est revenu sur sa promesse et facture dorénavant le service aux parents. Le 20 septembre, devant la pression des parents d’élèves et face à la demande de Villecresnes Avenir de soumettre la question au vote du conseil municipal, le maire publiait en catastrophe une nouvelle promesse : “Une étude est en cours sur la participation de la municipalité au coût engendré par l’utilisation de cette ligne pour les élèves des deux écoles élémentaires. L’ensemble des mesures en faveur des familles sera précisé et mis en œuvre après les vacances de la Toussaint.
Les vacances de la Toussaint sont passées. Il serait temps de sortir la question de la “boîte à oublis” que le maire affectionne tant.

Dépôt de plainte ?
Suite au questionnement de Villecresnes Avenir, le 27 juin, le maire déclarait qu’il avait saisi le procureur de la république à propos de l'éventuelle revente pour leur propre compte, par des agents municipaux, de matériaux de récupération. (Relire le commentaire reçu d’un agent de la collectivité)

Mais y-a-t-il eu dépôt de plainte ou cette déclaration n’est-elle qu’un écran de fumée destiné à masquer la réalité. Villecresnes Avenir exigera une réponse claire au prochain conseil et la présentation du récépissé du dépôt de plainte aux membres du conseil.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire