mercredi 3 décembre 2014

Politique de communication

Images
Il y a deux manières de concevoir la communication.
Selon la première c’est le projet qui est essentiel. La communication a pour fonction d’éclairer le chemin qui sera suivi, de préciser les étapes, d’expliquer les nécessités, les choix et les difficultés rencontrées. Dans ce cas elle produit de l’information.
La seconde se contente de mettre en avant les personnes ou les équipes, surtout lorsqu’il n’y a aucune véritable vision d’avenir à faire partager. C’est alors la désinformation qui domine.
La lecture du Villecresnes le Mag’ de novembre, prouve clairement que l’actuelle majorité a fait le choix de la seconde option.
  • L’édito du maire est un texte tellement vide de contenu, qu’on est en droit de se demander s’il l’a vraiment écrit lui-même. Aucune annonce, aucun projet, aucun objectif, rien sur l’avenir, aucune information sur les attentes des Villecresnois. (Avenue du Château, rue du Dr Bertrand, salle multi-activités ou encore travaux de Pironi).
  • La tribune de la majorité tente de justifier le vote récent d’indemnités de déplacements s’ajoutant aux indemnités de fonction. Mais lorsqu’on veut se montrer désintéressé il faut donner les vrais chiffres et ne pas omettre de préciser que le montant réel de l'indemnité du maire est supérieur de 15% à celui annoncé dans l’article puisque Villecresnes est (encore) chef-lieu de canton. De plus le maire devrait également évoquer l’indemnité de vice-président qu’il reçoit du SIVOM, celle perçue du SyAGE par un de ses adjoints, et se justifier d’avoir nommé un couple d’adjoints qui cumule ainsi deux indemnités, ce qui est légal mais guère moral.
Dans d’autres articles on essaie de s’approprier, sans vergogne, le travail de l’équipe précédente. C’est le cas pour :
  • La boutique de Villecresnes qui a été imaginée et mise au point par les anciens élus du pôle social
  • La réhabilitation de l’étang, dont la gestion a effectivement été confiée au SyAGE…………….mais en 2010. Aujourd’hui le SyAGE ne fait que mettre en œuvre ce qui était prévu.
  • La fibre optique, sujet dont toutes les décisions majeures ont été prises il y a plusieurs mois par la majorité du Conseil Général. Ceux qui tentent d’associer leur nom à ce projet ne font que de la récupération à visée électorale.
  • Le jumelage qui a toujours “relevé” de la municipalité. Comment aurait-il pu en être autrement s’agissant de relations institutionnelles ? Confier la logistique d’accueil de nos invités, de déplacement de nos délégations, ou l’organisation de cours de langues à une association est une démarche qui s’inspirait des principes de subsidiarité et d’éfficacité.
Enfin, cette lecture du Villecresnes le Mag’ de novembre, confirme également l’absence absolue de volonté et d’idées dans le domaine des festivités et de la culture
  • Un agenda culturel qui demeure désespérément vide depuis la rentrée. Tous les spectacles à l’affiche sont organisés par des associations ou ont lieu ailleurs qu’à Villecresnes
  • Aucune animation autour de l’allumage des illuminations
  • Suppression de la fête du jeu, après celle de la fête de Villecresnes

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire