Affichage des articles dont le libellé est logements. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est logements. Afficher tous les articles

jeudi 31 mars 2016

Qui dit un mensonge, en dit cent (Proverbe)


Le 24 mars, l'EPF (Etablissement Public Foncier dépendant de la Région), a publié un communiqué qui fait un bilan objectif du projet foncier-immobilier du Bois d'Auteuil. (voir photo ci-dessous)


On peut y lire qu'au total 384 logements auront été ou seront construits sur les terrains acquis par l'institution régionale auprès de La Poste. Mieux encore : l'EPF nous apprend que le taux de logements sociaux sera finalement de 41% : 30% pour les logements locatifs et 11% pour les logements en location-accession. (PSLA = Prêt social location-accession). Dans notre projet ce taux était prévu à 38%. (140 sur 376)
384 logements, c'est l'EPF qui le dit et c'est très loin des engagements pris par monsieur Guille, qui, pendant la campagne, se vantait de RENÉGOCIER l'ensemble du projet. (Voir photo)

A l'époque beaucoup ont cru ce qu'il promettait. Mais maintenant nous le connaissons et nous savons qu'il ne recule pas devant le mensonge, que ce soit à propos du bétonnage (l'Allée Royale arrive à grande vitesse), de l'audit, de l'antenne FREE, des arbres de l'avenue du Château, ou de la prétendue nécessité d'augmenter nos impôts.
Ce communiqué en administre une preuve supplémentaire.

vendredi 23 octobre 2015

Le maire répond à nos questions - 2ème partie

Comme à chaque réunion de conseil, nous posons des questions au maire afin de contrecarrer sa fâcheuse tendance à la dissimulation.

Voici ses réponses aux questions concernant le financement de la voiture offerte dans le cadre du concours du marché et les différents projets de construction.

Le conseil municipal n’a pas voté de subvention pour l’association des commerçants du marché. Comment la commune a-t-elle versé les 6000 euros annoncés pour le 1er prix, la voiture ? Peut-on avoir communication de la facture s’y rapportant ? 



Nos commentaires :

Le maire fait preuve de beaucoup de légèreté avec cette réponse et  manque de respect aux élus de l'opposition

Pourriez-vous nous donner des informations précises sur les projets portés par le groupe VALOPHIS chemin des Closeaux et Impasse de la Ferme ? Nous souhaiterions connaître le nombre et la typologie des logements, le calendrier et l’état des permis, accordés et à l’étude. De même pouvez-vous nous informer sur l’opération immobilière annoncée par un panneau Rue du Docteur Bertrand. 


Nos commentaires :

Dans la précédente mandature tous les projets de construction faisaient l'objet d'une présentation publique aux riverains pour recueillir leur avis et suggestions. Et ce, même lorsque cela était difficile comme ce fût le cas pour les Sablons. Mais aujourd'hui le maire semble tétanisé par ses promesses anti-bétonnage.

Dans la 3ème partie nous reviendrons sur le scandale du voyage en Italie offert à une adjointe avec l'argent de nos impôts.

samedi 23 mai 2015

Compte-rendu de la réunion du conseil municipal du 13 mai : deuxième partie

Nous poursuivons la publication de notre compte-rendu de la réunion du conseil municipal qui s'est tenue le mercredi 13 mai, avec la délibération concernant l'Allée Royale.



Un peu d'histoire pour commencer.

En 2006, la municipalité, poussée par les propriétaires des terrains, souhaite urbaniser le secteur de dit de l' Allée Royale. L'opération porte sur une emprise de 6,3 hectares après déduction de 2 opérations réalisées depuis, les résidences “Jardin des roses” et “Les amis de l'atelier”. A l'époque l'objectif était d'y construire 300 logements (170 collectifs et 130 pavillons) dont 25% de logements sociaux. Le prix attendu par les propriétaires, entre 200 et 250 €/m2, (des promesses d'achat avaient été signées entre certains d'entre eux et Bouygues Immobilier) aurait probablement conduit à une densité plus forte. Il suffit d'avoir en tête que les terrains du Bois d'Auteuil ont été acquis à seulement 46 €/m2. 
Cliquez pour agrandir l'image

C'est sur ce sujet, qu'une scission s'est opérée au sein de l'équipe du maire de l'époque. Certains élus considéraient qu'il fallait privilégier l'urbanisation de la friche industrielle de La Poste, moins coûteuse et donc davantage à même de permettre la réalisation d'un projet d'intérêt général (un site sportif et un centre de loisirs existaient déjà sur place).

Après l'élection, la municipalité a souhaité écarter les promoteurs de ce secteur en confiant à l'EPFIF une mission de veille foncière, dont la mise en oeuvre ne pouvait être activée que par décision du conseil municipal.

Revenons maintenant à la réunion du conseil du 13 mai.

Après que le maire ait lu la délibération, le groupe Villecresnes Avenir s'est fermement opposé au vote de cette délibération par le conseil municipal. Voici la vidéo du débat :


Malgré le vote négatif de l'opposition, le conseil municipal a autorisé le maire, par ailleurs ami personnel d'un des propriétaires, a faire disparaître cette clause de protection. 
La vente des terrains peut désormais reprendre en toute tranquillité.

Celui qui s'opposait au bétonnage du Bois d'Auteuil, rend possible le bétonnage de l'Allée Royale.





lundi 18 mai 2015

Compte-rendu de la réunion du conseil municipal du 13 mai : première partie

Nous entamons aujourd'hui la publication de notre compte-rendu de la réunion du conseil municipal qui s'est tenue le mercredi 13 mai. 

La première partie est consacrée au Bois d'Auteuil puisqu'une délibération, concernant la future zone d'activités figurait à l'ordre du jour.

Ce projet, qui entre maintenant dans sa phase de réalisation, aura fait couler beaucoup d'encre, véhiculé beaucoup de fantasmes, et donné lieu à beaucoup de promesses de la part de la majorité actuelle et dont on peut dire qu'elles ne seront pas toutes tenues. Mais l'objectif du moment n'était pas de débattre honnêtement, juste de faire peur pour gagner. De ce point de vue c'est incontestablement réussi.

Alors quel bilan (presque) final pouvons-nous faire du projet du Bois d'Auteuil ?

1) Du point de vue du nombre de logements. Voici l'explication fournie par le maire 


Pour une fois nous sommes totalement d'accord avec lui quant aux chiffres évoqués ici. L'écart entre notre projet et celui qui sera réalisé par Mr GUILLE est de 24 logements. On pourrait dire aussi qu'il n'est que de 24 logements sur les 400 prévus. C'est peu en effet, eu égard à tout ce qui a pu être dit, écrit, promis. Rappelez-vous :
Cliquer sur l'image
2) Du point de vue du bétonnage. Bétonner c'est recouvrir de béton. Là aussi les chiffres sont imparables et permettent un bilan sans équivoque puisque le nombre total de mètres carrés construits (logements, groupe scolaire, zone d'activités, logements inter-service pompes) s'établit à :
  • 45836 M2 dans le projet initial
  • 45903 M2 dans le projet réalisé par Mr GUILLE

Encore une accusation qui se révèle sans fondement, proférée uniquement dans le dessein de se faire élire.

3) Du point de vue des équipements publics.
Contentons-nous simplement de constater, qu'à de très petites modifications près, le projet sur lequel travaille la nouvelle équipe est celui que nous avions préparé. Alors pourquoi avoir perdu une année ?

4) Du point de vue de la zone d'activités et de la route du développement durable c'est l'échec pour Messieurs Guille et Fossoyeux.

Voici la position de de notre groupe exprimée par Didier GIARD.


Résumons

  1. La compétence développement économique appartient à la communauté de communes. C'est donc elle qui aurait du acquérir les terrains si ceux-ci étaient vraiment destinés à l'activité économique.
  2. Faire acheter les terrains par la CCPB aurait permis d'économiser 230000 € de dépenses au budget communal
  3. Dans notre projet, la zone d'activités représentait près de 5 hectares et nous avions pour cela entamé des négociations avec le propriétaire d'un terrain jouxtant l'écoquartier. Cette zone est réduite aujourd'hui à moins de 2 hectares ce qui est insuffisant pour attirer des entreprises créatrices d'emplois.
  4. Sans véritable zone d'activités et sans un nombre suffisant d'entreprises, il n'y aura pas de route du développement durable. 

Conclusion

L'écoquartier du Bois d'Auteuil est un projet auquel nous croyons depuis longtemps, sur lequel nous avons beaucoup travaillé et beaucoup concerté. 
Nous n'avons pas peur de le dire : c'est notre projet. 
C'est pourquoi, tout en regrettant qu'il soit amputé de son importante composante  économique, nous ne pouvons que nous réjouir que le maire actuel en ait assuré la réalisation.

Qu'il ait été contraint ou convaincu, n'est pas notre problème.




mardi 28 avril 2015

Bois d'Auteuil : les preuves de la duperie !

Lors de la réunion du conseil municipal du 26 septembre 2014, le maire a sollicité du conseil  municipal, l'autorisation de signer un “complément à l'accord cadre pour la réalisation du projet urbain du Bois d'Auteuil relatif à la constructions des logements sociaux”.

Les élus du Groupe Villecresnes Avenir s'étaient alors abstenus car l'annexe qui précisait le nombre de logements n'était pas jointe au dossier qui leur avait été envoyé. Déjà un signe !

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Le document de programmation fourni quelques jours plus tard prévoyait la construction de 247 logements en accessibilité et 100 logements sociaux, soit 347 au total (voir ci-dessus). 

Le problème, c'est que les chiffres qui figurent sur les documents signés par l'ensemble des partenaires, il y a quelques jours, lors de la vente des terrains du Bois d’Auteuil, sont différents. Selon des sources proches des partenaires, c’est en fait 375 logements qui seront finalement construits. Quant au nombre de logements sociaux, il devrait se situer entre 115 et 125, c’est à dire à un niveau bien supérieur à celui qui avait été avancé en septembre dernier.

Ainsi, Gérard GUILLE, qui avait accusé son prédécesseur de bétonnage parce qu'il prévoyait 376 logements sur le site du Bois d'Auteuil n'en fera que ....375. !! Relisez le tract ci-dessous

Cliquer pour relire
Au delà de cette duperie, il est anormal qu’une convention soit signée sur la base de chiffres différents de ceux présentés au conseil municipal. Lors de la prochaine réunion du conseil, nous ne manquerons pas d’interpeller le maire sur ce manquement et de lui demander de nous communiquer, officiellement, le document signé par l’ensemble des partenaires du projet, comme cela aurait dû être le cas.

Quant au site internet de la ville, il ne dit pas un mot d'un évènement aussi important que l'aboutissement du projet immobilier qui aura été au cœur d'un des débats les plus animés qu'ait connu notre ville ces dernières années. Suspect non ?

Monsieur le maire, nous ne vous reprocherons pas les décisions prises car, malgré une année de retard, vous réalisez ce que nous avions prévu. Mais, et cela est grave pour votre moralité, nous avons maintenant la preuve que, sans scrupule aucun, par votre pétition et votre porte à porte, vous avez surfé sur les peurs et abusé de la crédulité de beaucoup de nos concitoyens.