Affichage des articles dont le libellé est Urbanisation. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Urbanisation. Afficher tous les articles

mardi 9 mai 2017

Réunion du conseil municipal du 17 avril 2017 ( 1ère partie)

Plusieurs sujets étaient à l'ordre du jour de la réunion du conseil municipal qui s'est tenue le 18 avril dernier. En voici des extraits vidéo.

Le conseil devait approuver le compte administratif 2016, c'est à dire donner quitus à la municipalité de sa gestion de l'exercice 2016. Les élus de Villecresnes Avenir ont fait plusieurs observations quant à la gestion du maire et de son adjoint aux finances :
  1. L’analyse des chiffres démontre une double manipulation consistant, lors de la présentation du budget primitif (début 2016), à sous-estimer les recettes de 480000 € et à surestimer les dépenses de 810000 €. Cela revient à dissimuler près de 1,3 million d’€ au total. Il s'agissait, sans aucun doute, d'une manipulation destinée à justifier la nécessité d’augmenter les impôts.  
  2. Entre 2013 et 2017 la part des impôts directs  dans le total des recettes est passé de 50% à 60% soit une hausse de 20%. Il existe en effet une insuffisance manifeste de recherche de subventions ce qui revient à puiser davantage dans la poche des Villecresnois. L'absence de subvention pour la construction du groupe scolaire illustre parfaitement ce fait. Cela aurait pu rapporter 1 millon d'€ à la commune. Mais la municipalité ne s'est pas bougée.
  3. Un glissement régulier des dépenses courantes de fonctionnement et de la masse salariale sont observées sans que par ailleurs des services nouveaux soient mis en place.
  4. Il existe une forte baisse des dépenses d'entretien de la voirie (45000 € prévus, 8000 € réalisés) ce qui constitue un SCANDALE au vu de l'état de nos rues. 
  5. Les frais de contentieux  se montent à près de 23000 €, ce qui est énorme. Se complaire dans l'illégalité à un prix.
  6. Les dépenses de festivités déjà réduites au budget, sont en retrait supplémentaire de 10%. 
  7. Une “économie” de 11000 € a été opérée sur le poste Transport quand, dans le même temps, on refuse aux familles la prise en charge complète du transport des enfants à Mélanie Bonis.

Tous ces éléments ont naturellement conduit les élus de Villecresnes Avenir a s'opposer à l'approbation du CA 2016.

Le conseil devait également se prononcer pour ou contre une modification du Plan Local de l'Urbanisme, destiné à augmenter de 20 % la constructibilité dans le centre ville.


Le maire a décidé de ne pas soumettre cette modification à enquête publique. Certes la loi lui donne la possibilité d'échapper à cette procédure de consultation des habitants, mais les élus de notre groupe considèrent que le fait de cacher cette décision d'accroître la densité des constructions du centre ville et de refuser de présenter les projets, constitue une attitude curieuse de la part d'un homme qui s'est fait élire en menant campagne contre le bétonnage.

dimanche 23 avril 2017

Une année d'enfumage...

Il y a un peu plus d'un an nous nous faisions l'écho de graves irrégularités dans l'autorisation accordée par messieurs Guille et Lochon à l'opérateur FREE pour la construction d'un nouveau mât téléphonique, au plus proche d'une zone habitée et sans la moindre concertation. Vous pourrez relire les faits en cliquant sur le lien ci-dessous


Le 24 mars Le Parisien relayait à son tour le problème rencontré par les habitants de ce quartier de Villecresnes.

Cliquer pour relire l'article
Au cours des rencontres entre le maire, son adjoint et les riverains, plusieurs affirmations ont été faites, des engagements ont été pris et confirmés dans la presse ainsi que dans le magazine municipal.
  1. Le 12 juillet 2016, le maire et son adjoint Lochon s'étaient engagés à organiser une réunion avec FREE afin de vérifier s'il était possible de faire supporter de nouveaux équipements techniques au mât existant ce qui aurait permis d'éviter la construction du second pylône  Cette promesse est restée lettre morte, mais  entre temps du matériel supplémentaire a été ajouté sur le premier pylône en faisant croire aux riverains qu'il s'agissait d'une opération de maintenance. Tout ceci sans information, sans autorisation, sans contrôle des puissances, etc, C'est donc la double peine pour les riverains.
  2. Le maire et son adjoint Lochon s'étaient également engagés à “corriger le tir et négocier avec FREE pour demander un habillage du pylône afin de maquiller sa présence dans les cieux villecresnois. Apres un silence assourdissant d'un an et des relances des riverains ce qui est proposé aujourd'hui consiste à peindre le mât et à consulter les riverains sur la couleur de la peinture. 
Dans le Magazine municipal de ce mois-ci la municipalité parle de développement durable mais le maire et ses adjoints savent ils seulement de quoi il parlent? L'installation de ces pylônes successifs et les méthodes d'attribution des autorisations administratives sont en totale opposition avec les principes du développement durable qui prônent la prise en compte des parties prenantes dans les décisions... 

La colère des riverains ne faiblit pas:  Nous sommes dans une inacceptable indigence. Rien n'a bougé. Pire en terme d'habillage, le maire nous propose un nuancier de peinture pour tenter de dissimuler ce mastodonte de 34 mètres de hauteur dont l'ombre projetée génère des masques solaires chez tous les riverains. Nous sommes toujours en attente de jugement auprès du tribunal administratif dont nous attendons la remise en cause de cette décision.”


mardi 5 avril 2016

La criante actualité d'un article que nous avons publié il y a 2 ans jour pour jour


Relire cet article du 4 avril 2014

Des points repères pour éviter les mensonges 

Il est fréquent qu’un nouvel élu, ici un nouveau maire, cherche à imputer ses erreurs et son incapacité à tenir ses engagements à la situation que lui aurait laissée son prédécesseur. Le risque d’une telle attitude est encore plus fort à Villecresnes, compte tenu de l’impréparation de la nouvelle équipe.
Alors mettons dès maintenant par écrit quelques réalités auxquelles nous pourrons nous référer pour juger le chemin parcouru  par la nouvelle équipe
Réalité n°1 : La politique fiscale.
Nous n’avons pas augmenté les taux communaux d’imposition au cours de notre mandature. Seule la réforme de la taxe professionnelle voulue par le Gouvernement FILLON, a conduit à la fusion des taux communaux et départementaux, sans que la somme des deux n’en soit affectée.
Réalité n°2 : La situation financière de la ville.
L’épargne de gestion, c’est-à-dire la différence entre les recettes réelles courantes et les dépenses réelles a été de 9,67 millions € soit 1,6 million € par an.
La dette qui était de 3,9 millions € le 31 décembre 2007 est de 5,15 millions € au 31 décembre 2013, soit une augmentation de 1,25 million €. Cette dette est donc de 523 € par habitant alors que la moyenne de la dette des villes de notre taille est de 1100 € par habitant.
Dans le même temps nous avons réalisé 22,4 millions € d’investissement pour amener notre ville au niveau d’équipements nécessaires.
Tous ces chiffres sont vérifiables en consultant les comptes administratifs et les comptes de gestion avalisés par les services de l’Etat et le conseil municipal. Ces documents sont publics.
Réalité n° 3 : Le bétonnage 
Quel avenir pour le Bois d'Auteuil ? On fait “à peu près” ce qui était prévu ou on arrête tout ?
Va-t-on ressortir le projet de l'Allée Royale ?
GUILLE a mené toute sa campagne contre le Bois d’Auteuil, et parmi les signataires de sa pétition figurent les propriétaires des 6,5 hectares de terrain de l’Allée Royale sur lesquels, en 2006, Messieurs Gravelle et son adjoint à l’urbanisme voulaient implanter un nouveau quartier. Qu’est-ce qui peut conduire des propriétaires fonciers à signer une pétition contre un projet immobilier si ce n’est que leurs propres intérêts ont été contrariés par un autre projet.
Bois d’Auteuil ?  Allée Royale ? Y a-t-il eu un lien de causalité ?
Le discours sur le bétonnage masquait peut-être d’autres enjeux. A voir la joie de certains, dimanche lors de la proclamation des résultats, et pour connaitre certains liens d’amitié, on peut le penser.
Les habitants de l'Allée Royale, de la rue de l'Etoile et de la rue d'Yerres qui ont signé la pétition tremplin de Guille auront intérêt à se montrer vigilants 



jeudi 24 mars 2016

Le Parisien confirme le scandale

Dans un article publié aujourd'hui, Le Parisien confirme le comportement scandaleux du maire à propos de l'autorisation donnée à FREE d'implanter un second mât et de nouvelles antennes téléphoniques dans le secteur des ateliers de Beaumont.
  • Refus de recevoir et d'entendre la protestation des riverains
  • Signature d'une convention non autorisée par le conseil municipal
  • Mensonges dans ses réponses au conseil municipal 
Cliquez pour agrandir
Ce comportement est indigne d'un élu et plus encore d'un maire. Il démontre l'étendue des lacunes de monsieur Guille en matière de démocratie, de capacité au dialogue, et de respect des institutions.

Dans ces conditions les élus de Villecresnes Avenir ont fait parvenir un courrier au maire pour lui demander la réinscription de la délibération concernant la convention FREE à l'ordre du jour d'un prochain conseil.

Cliquez pour agrandir

dimanche 6 décembre 2015

ALERTE BÉTONNAGE

Mercredi 9 décembre, le maire proposera au vote du conseil municipal le  projet de modification du PLU qui a été soumis à enquête publique entre le 15 septembre et le 16 octobre 2015.

Mais de manière unilatérale et après la clôture de l'enquête, c'est à dire après la période où les Villecresnois pouvaient exprimer leur avis, Gérard Guille, le maire, vient de multiplier par 5 la constructibilité dans le secteur de l'Allée Royale, pour la mettre au niveau du centre-ville.

Nous connaissons quelques propriétaires qui se frottent les mains. 

Ainsi celui qui criait au bétonnage, et qui a déjà sous le coude 100 logements de plus que son prédécesseur s'apprête en à ajouter plusieurs centaines d'autres dans ce quartier que nous avions , nous, protégé par un sursis à statuer et une convention de veille foncière.

Il a trompé sciemment les Villecresnois. Nous les informons 


mercredi 14 octobre 2015

Notre analyse du projet de modification du PLU


Un projet de modification du Plan Local d'Urbanisme est actuellement soumis à enquête publique. Celle-ci prendra fin le 16 octobre.

Nous avons procédé à une lecture attentive du projet et nous en retenons qu'il démontre la volonté politique de la municipalité actuelle de bloquer toute forme de développement de Villecresnes. En effet les modifications proposées ont pour objectif manifeste :

1) De verrouiller le développement des constructions par un certain nombre de contraintes réglementaires  nouvelles  l'habitat notamment en zone UD  par :
 -  Le contrôle des emprises au sol modulées selon les secteursLe renforcement des marges de recul
 -  La réduction des hauteurs
  -     La gestion du stationnement (mode de calcul, intégration dans le volume de la construction, prise en compte de l’impact visuel) 
 -  La prévention envers la création de front bâti sous forme de maisons de villes accolées

2) De limiter les effets induits par la loi ALUR (suppression des COS et des surfaces minimum des terrains pour construire, …).

samedi 23 mai 2015

Compte-rendu de la réunion du conseil municipal du 13 mai : deuxième partie

Nous poursuivons la publication de notre compte-rendu de la réunion du conseil municipal qui s'est tenue le mercredi 13 mai, avec la délibération concernant l'Allée Royale.



Un peu d'histoire pour commencer.

En 2006, la municipalité, poussée par les propriétaires des terrains, souhaite urbaniser le secteur de dit de l' Allée Royale. L'opération porte sur une emprise de 6,3 hectares après déduction de 2 opérations réalisées depuis, les résidences “Jardin des roses” et “Les amis de l'atelier”. A l'époque l'objectif était d'y construire 300 logements (170 collectifs et 130 pavillons) dont 25% de logements sociaux. Le prix attendu par les propriétaires, entre 200 et 250 €/m2, (des promesses d'achat avaient été signées entre certains d'entre eux et Bouygues Immobilier) aurait probablement conduit à une densité plus forte. Il suffit d'avoir en tête que les terrains du Bois d'Auteuil ont été acquis à seulement 46 €/m2. 
Cliquez pour agrandir l'image

C'est sur ce sujet, qu'une scission s'est opérée au sein de l'équipe du maire de l'époque. Certains élus considéraient qu'il fallait privilégier l'urbanisation de la friche industrielle de La Poste, moins coûteuse et donc davantage à même de permettre la réalisation d'un projet d'intérêt général (un site sportif et un centre de loisirs existaient déjà sur place).

Après l'élection, la municipalité a souhaité écarter les promoteurs de ce secteur en confiant à l'EPFIF une mission de veille foncière, dont la mise en oeuvre ne pouvait être activée que par décision du conseil municipal.

Revenons maintenant à la réunion du conseil du 13 mai.

Après que le maire ait lu la délibération, le groupe Villecresnes Avenir s'est fermement opposé au vote de cette délibération par le conseil municipal. Voici la vidéo du débat :


Malgré le vote négatif de l'opposition, le conseil municipal a autorisé le maire, par ailleurs ami personnel d'un des propriétaires, a faire disparaître cette clause de protection. 
La vente des terrains peut désormais reprendre en toute tranquillité.

Celui qui s'opposait au bétonnage du Bois d'Auteuil, rend possible le bétonnage de l'Allée Royale.





lundi 18 mai 2015

Compte-rendu de la réunion du conseil municipal du 13 mai : première partie

Nous entamons aujourd'hui la publication de notre compte-rendu de la réunion du conseil municipal qui s'est tenue le mercredi 13 mai. 

La première partie est consacrée au Bois d'Auteuil puisqu'une délibération, concernant la future zone d'activités figurait à l'ordre du jour.

Ce projet, qui entre maintenant dans sa phase de réalisation, aura fait couler beaucoup d'encre, véhiculé beaucoup de fantasmes, et donné lieu à beaucoup de promesses de la part de la majorité actuelle et dont on peut dire qu'elles ne seront pas toutes tenues. Mais l'objectif du moment n'était pas de débattre honnêtement, juste de faire peur pour gagner. De ce point de vue c'est incontestablement réussi.

Alors quel bilan (presque) final pouvons-nous faire du projet du Bois d'Auteuil ?

1) Du point de vue du nombre de logements. Voici l'explication fournie par le maire 


Pour une fois nous sommes totalement d'accord avec lui quant aux chiffres évoqués ici. L'écart entre notre projet et celui qui sera réalisé par Mr GUILLE est de 24 logements. On pourrait dire aussi qu'il n'est que de 24 logements sur les 400 prévus. C'est peu en effet, eu égard à tout ce qui a pu être dit, écrit, promis. Rappelez-vous :
Cliquer sur l'image
2) Du point de vue du bétonnage. Bétonner c'est recouvrir de béton. Là aussi les chiffres sont imparables et permettent un bilan sans équivoque puisque le nombre total de mètres carrés construits (logements, groupe scolaire, zone d'activités, logements inter-service pompes) s'établit à :
  • 45836 M2 dans le projet initial
  • 45903 M2 dans le projet réalisé par Mr GUILLE

Encore une accusation qui se révèle sans fondement, proférée uniquement dans le dessein de se faire élire.

3) Du point de vue des équipements publics.
Contentons-nous simplement de constater, qu'à de très petites modifications près, le projet sur lequel travaille la nouvelle équipe est celui que nous avions préparé. Alors pourquoi avoir perdu une année ?

4) Du point de vue de la zone d'activités et de la route du développement durable c'est l'échec pour Messieurs Guille et Fossoyeux.

Voici la position de de notre groupe exprimée par Didier GIARD.


Résumons

  1. La compétence développement économique appartient à la communauté de communes. C'est donc elle qui aurait du acquérir les terrains si ceux-ci étaient vraiment destinés à l'activité économique.
  2. Faire acheter les terrains par la CCPB aurait permis d'économiser 230000 € de dépenses au budget communal
  3. Dans notre projet, la zone d'activités représentait près de 5 hectares et nous avions pour cela entamé des négociations avec le propriétaire d'un terrain jouxtant l'écoquartier. Cette zone est réduite aujourd'hui à moins de 2 hectares ce qui est insuffisant pour attirer des entreprises créatrices d'emplois.
  4. Sans véritable zone d'activités et sans un nombre suffisant d'entreprises, il n'y aura pas de route du développement durable. 

Conclusion

L'écoquartier du Bois d'Auteuil est un projet auquel nous croyons depuis longtemps, sur lequel nous avons beaucoup travaillé et beaucoup concerté. 
Nous n'avons pas peur de le dire : c'est notre projet. 
C'est pourquoi, tout en regrettant qu'il soit amputé de son importante composante  économique, nous ne pouvons que nous réjouir que le maire actuel en ait assuré la réalisation.

Qu'il ait été contraint ou convaincu, n'est pas notre problème.




vendredi 8 mai 2015

Conseil municipal du 13 mai : revoilà le projet de l'ALLÉE ROYALE



Une réunion du conseil municipal se tiendra mercredi 13 mai à 20h30.

Parmi les points inscrits à l'ordre du jour, deux sont essentiels :

1er point : la suppression, dans la convention signée avec l'EPF, d'une disposition qui protégeait la ville d'un projet immobilier non souhaité.

Objectif : ressusciter le projet de l'Allée Royale

Ainsi, tout juste un an après son élection, et sans la moindre gêne, le maire, pourtant champion déclaré de l’anti-bétonnage, (voir sa pétition et son programme !) fait sauter la clause qui empêchait ses amis les propriétaires d’urbaniser le secteur. Belle récompense pour ceux qui habitent le secteur et qui ont voté pour lui ! 

Cliquer pour lire la délibération proposée

Cliquez pour agrandir l'image

2ème point : l'achat de terrains destinés à la future zone d’activités du Bois d’Auteuil, sur un périmètre réduit à la portion congrue, par celui qui, il n’y a pas si longtemps, réclamait pourtant plus de création d’emplois sur notre territoire. 

Par ailleurs à l'occasion de ce conseil, nous avons obtenu communication du document de programmation signé par le maire et les constructeurs du Bois d'Auteuil. Vous pourrez constater en cliquant sur les 2 photos ci-dessous, que la réalité est bien différente de ce que Monsieur le maire avait annoncé lors de la réunion du conseil municipal de septembre dernier, tant pour le nombre de logements sociaux, (117 au lieu de 100) que pour le total (374 au lieu de 347). Nous sommes pratiquement aux chiffres initiaux. Oubliée la pétition !!

Programmation annoncée
Programmation signée
Enfin voici les questions soumises au maire par les élus de Villecresnes Avenir pour cette réunion . Cliquer ici.