lundi 9 octobre 2017

Nos élus interviennent dans le débat métropolitain

Cliquer pour agrandir
Le 4 octobre dernier, se tenait la 5ème Conférence sur le Grand Paris en présence de nombreux parlementaires, des dirigeants de la Société du Grand Paris (SGP) en charge de la construction du métro du Grand Paris Express et beaucoup de responsables territoriaux, dirigeants d’entreprises, journalistes, urbanistes, prestataires de la SGP. L’animation était confiée au journaliste Thierry Guerrier.
Des nouvelles alarmantes, concernant le chantier du Grand Paris Express, circulaient depuis des semaines sans aucun commentaire des autorités.

Didier Giard, se présentant comme élu de Villecresnes et du Sud-Est du Val de Marne a interpellé ainsi les orateurs :
 “La presse et les médias ont fait l’état en septembre dernier d’un dépassement de 10 milliards d’euros du chantier du Grand Paris Express. Compte tenu des difficultés de réalisation que vous venez de nous indiquer, un dépassement ne semble pas étonnant.
1ère question : Y a-t-il un dépassement financier conséquent ? Si oui, comment va-t-il être financé ?
2ème question : Compte tenu de ces nouvelles contraintes, les travaux de la Ligne 15 (Rocade Sud qui concerne le Val de Marne) seront-ils ralentis puisqu’avec le choix de Paris comme Ville Olympique en 2024, les nouvelles lignes prioritaires seront au Nord ?

Thierry Guerrier a réagi en disant : “Monsieur, vous venez de formuler les questions que se posent tous les citoyens”.

Philippe Yvin, Président du directoire de la SGP, sollicité par Thierry Guerrier a répondu : “Compte tenu que le nouveau gouvernement étudie le dossier, je suis appelé à la réserve et j’en resterai là pour aujourd’hui… Personne n’a remis en cause la Ligne 15 Sud d’ici à 2030”.
Relancé par Thierry Guerrier, Jean-Yves Le Bouillonnec, Président du Conseil de Surveillance de la SGP, a ajouté : “La prise en charge de l’opérabilité des interconnexions de lignes est une grande difficulté. Il nous faut garder l’objectif du réseau final. Je demande à l’Etat de ne pas marquer de retard et d’avoir la main ferme”.

Le 6 octobre, Philippe Yvin, déclarait à « La Tribune » : “Le coût du Grand Paris Express se situera entre 28 et 35 milliards d’euros”, alors que le coût initial était fixé à environ 26 milliards.


Comme quoi, même dans l’opposition municipale d’une petite ville, on peut contribuer à faire bouger les lignes et faire reculer la langue de bois.

1 commentaire:

  1. Quel dommage que vous ne soyez plus aux manettes de la commune de Villecresnes ! Mais comment remédier au déclin actuel de notre ville ?

    RépondreSupprimer