jeudi 22 décembre 2016

La dernière newsletter de Villecresnes Avenir



En cette fin d’année, plusieurs sujets alimentent les débats dans Villecresnes.

Au premier rang d’entre eux figure
la sécurité. Dans la dernière tribune du magazine municipal (devenu discrètement bimestriel) monsieur le maire qualifie nos interrogations sur le sujet de “commérages”. Pas de chance pour lui, depuis la parution de son papier, une famille a été prise en otage à son domicile, et 2 pelleteuses ont été incendiées. Par ailleurs faut-il rappeler que la première adjointe a été agressée chez elle par deux fois, que la vitesse continue d’être élevée dans nos rues et que les cambriolages augmentent.
Mais monsieur Guille, refuse de présenter au conseil municipal, voire de publier, les chiffres officiels de la délinquance que lui fournit la préfecture.
Une manière de nous faire accroire que “tout va bien madame la Marquise !”
Un second sujet rend nombre de Villecresnois très mécontents : la Fibre optique. Certes VALOFIBRE et SFR sont coupables d’avoir mal orienté certaines des personnes intéressées par cette nouvelle technologie. Mais le pire n’est-il pas le désintérêt manifesté par le maire et ses équipes. Ni lui, ni aucun de ses élus, ni les services techniques ne sont en état de répondre aux questions légitimes des habitants et de les accompagner dans leurs démarches. On a délégué ce soin au service communication qui fait donc des réponses de service communication ! Après l’échec de la réunion publique, cela constitue un nouveau scandale.  Voir le débat à ce propos sur notre page Facebook.

Parlons maintenant de
gouvernance, c’est-à-dire de la manière dont le maire exerce son mandat.
  • Une association indépendante d’élus d’opposition vient de lui décerner un bonnet d’âne de la démocratie locale. Une publicité dont notre ville se serait bien passée. (Voir notre article et les documents)
  • Monsieur Guille a déjà été condamné 3 fois par le tribunal administratif de Melun et a été mis en examen par un juge d’instruction pour diffamation.  (Tribunal administratif) (Mis en examen)
  • Les dernières manifestations organisées son “équipe municipale” ont été catastrophiques. De quoi faire honte à tous les administrés. Absence de travail et d’organisation, aucun respect pour les acteurs et les participants des manifestations, absence de savoir-vivre et du minimum de politesse qui est dû à chacun. A croire qu’ils le font volontairement ! (Voir notre article) et le (débat)
  • Une administration bancale. Notre ville fonctionne sans directeur général des services (DGS), sans Ingénieur directeur des services techniques (DST), sans directeur financier, sans directeur de l’urbanisme. Pourquoi tous ces cadres ont-ils fui le management de monsieur Guille ? Le pire est que ce déficit de compétence ne peut être compensé, même provisoirement, même partiellement par les élus, à qui d’ailleurs le maire ne fait manifestement pas confiance.
  • Des règlements d’urbanisme non respectés, ou pire, volontairement contournés dans le cas de la rue Cavaillès. Trop tard répond monsieur Guille ! Mais au fait qu’en pense monsieur Lochon, adjoint à l’urbanisme, toujours très silencieux ? (Voir la vidéo).
  • Des réunions de conseil municipal mal préparées et au cours desquelles le maire, est conduit 4 fois consécutivement à déclarer “nous vérifierons”. Ce manque de préparation est une honte. Pourquoi tous ces gens perçoivent-ils des indemnités ? Nous pensions que c’était pour compenser un certain travail. (Voir vidéo)
  • Enfin malgré ses promesses, monsieur Guille persiste à ne pas répondre aux courriers qui l’embêtent et quand on est maire il y en a forcément beaucoup. Courage fuyons !
Dernier point de cet inventaire la démission récente de 3 administrateurs non élus sur les 4 que comptait le CCAS et leur remplacement en dehors des procédures légales. L’affaire n’est pas terminée. (Lire le compte-rendu)
        

mardi 13 décembre 2016

Discours imaginaire…A la manière de..


Il a l’air sombre, plus que d’habitude, cherchant dans sa poche le texte de son allocution.

Mes chers concitoyens,

Je m’adresse à vous ce soir pour vous faire connaître la décision que j’ai prise dans la perspective de “putain encore trois ans” à tenir à la tête de notre commune.

Depuis 2014, j’ai essayé d’agir avec des adjoints et conseillers mal préparés et finalement peu aptes à gérer la ville et la rendre plus juste. Aujourd'hui, le quartier du Bois d'Auteuil et le nouveau groupe scolaire, que je voulais remettre en cause sont, malgré moi, devenus réalité. Par contre les engagements majeurs que j’avais pris devant vous, de ne pas augmenter les impôts, d’améliorer la circulation dans notre ville par un nouveau plan, d’empêcher le bétonnage, d’aider les associations actives grâce à leurs bénévoles, d’animer les actions liées aux jumelages, de faire mieux vivre notre ville, n’ont pas (encore) été tenus j’en conviens.

J’ai beaucoup de regrets. Il y en a un que je veux exprimer ici, c’est de m’être présenté aux élections sur un programme d’arrière-garde, non véritablement réfléchi et qui n’avait pour but que de démolir ce qui avait été fait auparavant. Cette position nous a divisés.  

Et aujourd'hui je suis conscient des risques que ferait courir une démarche, la mienne, qui ne rassemblerait pas autour d’elle, et qui mènerait notre ville à la catastrophe.

Aussi, ai-je décidé de ne pas être candidat au renouvellement de mon mandat et même d’arrêter avant si l’opportunité se présente.

jeudi 8 décembre 2016

Conseil municipal du 21 novembre 2016 : les réponses du maire à nos questions orales

Voici les vidéos des réponses du maire aux questions que nous lui avons posées lundi 21 novembre

Question N°1

Des habitants de la rue Cavaillès se sont élevés récemment contre votre décision d’autoriser la construction de 4 pavillons sur un espace réputé inconstructible. Pourtant le PLU de Villecresnes possède dans cette zone, un secteur de paysage à préserver.
Nous souhaitons donc que vous expliquiez qui a pris la décision de passer outre cette disposition et pourquoi ?


Notre commentaire : Pas de réponse à la question précise que nous posions mail il ne nie pas qu'une attention plus grande aurait pu être apportée à ce dossier. Au final pour lui, “c'est tant pis pour les riverains, ils n'avaient qu'à déposer un recours !”

Question N°2

Le 27 juin, vous nous avez déclaré avoir écrit au procureur de la république et avoir déposé plainte contre X à propos de la revente de matériaux de récupération par certains agents municipaux. Nous sommes étonnés qu’aucune action n’ait été engagée depuis.
Pouvez-vous communiquer une copie du récépissé de dépôt de cette plainte aux membres du conseil municipal ?


Notre commentaire : Nous persistons et signons. Si une plainte avait vraiment été déposée une enquête aurait été diligentée. Le refus de M. Guille de communiquer le récépissé de dépôt de plainte laisse planer beaucoup de doutes. Le maire semble embêté par cette affaire. Pourquoi donc ? Affaire à suivre.

Question N°3

De nombreux Villecresnois sont dans l’incertitude la plus totale quant à la date à laquelle leur quartier sera éligible à la fibre optique. Que l’interlocuteur soit VALOFIBRE, SFR ou la MAIRIE la réponse est toujours imprécise et ce n’est pas acceptable.
Pourquoi la municipalité (élus ou services) sont-ils incapables de fournir des réponses précises comportant un calendrier d’équipement pour chaque rue ?


Notre commentaire : Comme d'habitude M. Guille se défausse sur d'autres en l'occurrence le conseil départemental et Valofibre. Mais la vraie question qui lui était posée et à laquelle il ne répond pas est : “Pourquoi, vos services et vous-même, laissez-vous  les Villecresnois se débrouiller seuls face à cet embrouillamini ?”

Question N°4

A ce jour, aucune information ne figure dans les documents officiels présentés au conseil municipal sur votre décision de mettre fin au contrat de Madame CREPEY.
Il semblerait que vous soyez néanmoins sur le point de recruter un nouveau DGS.
Pouvez-vous confirmer ou infirmer cette information et le cas échéant nous dire de qui il s’agit ?


Notre commentaire : M Guille ment (encore) aux membres du conseil municipal, car en réalité il a déjà recruté son futur DGS. Celui-ci se nomme M. BASSOULET. (info Villecresnes Avenir). Il est d'ailleurs urgent qu'il arrive pour préparer le DOB et le budget 2017, compte tenu de l'incapacité de l'adjoint aux finances et du maire lui-même à faire le travail.

Question N°5

A la suite de la démission de trois des quatre administrateurs du CCAS nommés par vous-même en 2014, et devant l'obligation de rétablir une parité entre les membres nommés et les administrateurs élus, quelle publicité comptez-vous faire pour informer les Villecresnois et les associations ? Avez-vous l'intention de passer outre la publicité par affichage administratif pourtant légalement obligatoire ?  Avez-vous l'intention de faire une publicité sur le site internet de la ville ?



Notre commentaire : M Guille administre une nouvelle preuve de sa méconnaissance des dossiers. En effet la loi est très claire “Les membres nommés sont désignés par arrêté du maire.  Parmi ces membres, doit impérativement figurer: - un représentant des associations œuvrant dans le domaine de l’insertion et de la lutte contre les exclusions, - un représentant des associations familiales désignées sur proposition de l’UDAF, - un représentant associations de retraités et de personnes âgées du département, - un représentant des associations de personnes handicapées du département
C'était donc bien le lieu de lui poser la question. Affaire à suivre....au tribunal ?

lundi 5 décembre 2016

Le maire de Villecresnes épinglé

Vendredi 2 décembre, l’Association nationale des Elus d’Opposition (AELO) cliquer  organisait une conférence de presse, à la brasserie Le Rostand à Paris, pour la traditionnelle remise des bonnets de Marianne et des bonnets d’âne de la démocratie locale 2016.


A cette occasion le maire de Villecresnes, Gérard GUILLE, s’est vu attribuer un bonnet d’âne pour : “sa condamnation par le tribunal administratif de Melun, pour son refus de communication d’un rapport d’audit sur les comptes malgré l’avis de la commission d’accès aux documents administratifs. ”


Décidemment on peut compter sur le maire pour faire parler de Villecresnes !

lundi 28 novembre 2016

Guille et ses élus font HONTE à VILLECRESNES !

Trois événements se sont déroulés en une semaine, qui se sont traduits par une COLÈRE FORTE, et un profond écœurement exprimés contre l’équipe municipale par des personnes qui étaient impliquées dans ces manifestations.

1er événement : l’inauguration du groupe scolaire Mél BONIS- Des parents furieux.
Les parents d’élèves conviés ont été reçus dehors, debout, sans visite des installations. Ils ont dû subir un discours insipide au cours duquel le maire s’est même permis d’oublier de citer l’inspectrice d’académie, représentant l’institution “Education Nationale”, logiquement en première ligne. Oubli également de noms des musiciens conviés.
La seule chose qui importait à Monsieur GUILLE c’était de chercher à s’attribuer des mérites qui ne lui revenaient pas. En effet, le projet avait été préparé par l’équipe précédente et repris par lui quasiment à l’identique après avoir tergiversé pendant un an (peur de décider ?) ce qui a fait perdre un million d’€ de subvention régionale à la ville. Pas grave, à ses yeux puisqu’il a compensé en augmentant les impôts de ses administrés qu’il ne respecte en rien.
Enfin, aucun moment de traditionnelle convivialité qui sied généralement à ce type de cérémonie, n’avait été prévu, mais certains élus, eux sont allés au restaurant. (Seulement les chefs !)



2ème événement : Le salon Arts, Culture et Gastronomie. Des exposants hors d’eux qui ne reviendront plus.

Il suffisait de s’y rendre pour percevoir l’ambiance qui régnait à la salle polyvalente durant ce week-end. Des exposants, des visiteurs et des invités qui ne comprenaient pas que la manifestation puisse être massacrée à ce point. Car c’est bien de cela dont il s’agit : le salon de fin d’année qui faisait la fierté et la joie de tous est probablement mort hier.

Voici deux témoignages directs qui nous ont été transmis:

On a connu Austerlitz et son soleil flamboyant avec vous tous, et aujourd'hui c'est Waterloo avec la déroute de l'organisation de Jeanine M : UN DÉSASTRE ! 18 exposants seulement, un double stand vide, un salon des artistes inexistant, mort, disparu, une seule salle d'exposition triste et sans âme. Des allées bien  larges pour le peu de visiteurs, aucune musique d'ambiance. Pas de buvette ni de restauration. Aucune convivialité, pas d'organisateur sur place
Même dehors, sur le parking, il y avait de la place.... c'est dire !!!”

“Bonjour
Je vous fais part de la situation du salon art culture et GASTRONOMIE de Villecresnes édition 2016. Exposants dans ce lieu depuis plusieurs années grande a été notre déception après le succès récurent jusqu’en 2013 de cette véritable fête Villecresnoise. Nous nous sommes retrouvés 26 pauvres péquins à errer dans des allées vides désertées à rencontrer quelques visiteurs perdus et ahuris face à diminution de la taille du salon du manque des stands inoccupés des espaces remplis par quelques vieilles plantes vertes, plus d’ateliers, ni d’activités et le pompon la GASTRONOMIE ou est-elle, plus de café, de buvette et de possibilités de faire de vrais repas avec les mets présentés. Se restaurer ah si avec les plateaux repas commandés à l’avance par la responsable en CHEF du salon sans aucun attrait gastronomique !!!
Déception pour un salon où on nous facture 2 mètres pour n’en avoir que 1,80 ou 4 mètres pour n’en avoir que 3,60 à un prix en plus élevé qu’ailleurs
C’est manquer de respect au monde des exposants et artisans qui ont préparé pendant des jours leurs créations et des visiteurs
Certains représentant de nos villes jumelées qui se sont déplacés ont fait des km étaient également très déçus. Une anecdote les italiens ont même dû aller chercher des cafetières chez des particuliers pour nous faire un café cet après-midi et nous remonter le moral.”

Ces témoignages démontrent que nos élus se répartissent en deux catégories : ceux qui ratent tout ce qu’ils entreprennent et les autres qui s’en contrefichent.


3ème événement : Villecresnes Patrimoine fêtait ses 10 ans d’existence le 26 novembre

L’AVSP est une association villecresnoise qui depuis 10 ans œuvre à la préservation du patrimoine matériel et immatériel de Villecresnes. Elle a participé à de nombreux projets d’aménagement de notre ville, a défendu des points-clés du PLU, et a été un membre actif de feu le CCEUP. Elle procède également à un travail de recueil et de diffusion de la mémoire.
Ses dirigeants, tous bénévoles bien sûr, avaient décidé depuis plusieurs mois d’organiser une manifestation particulière à l’occasion de cet anniversaire, avec une conférence du Général BERNEDE, sur l’emblématique bataille de Verdun, suivi de l’organisation d’un dîner destiné à regrouper l’ensemble des adhérents, et auquel, bien entendu le maire et son épouse étaient conviés gracieusement.

Une demande de la réservation de salle a été adressée en mairie en juin 2016 : aucune réponse reçue le 26 novembre. L'association a été contrainte de se débrouiller seule.
Une invitation a été adressée au maire d’assister à la manifestation et au dîner : aucune réponse, pas d’excuse. Il n’a même pas daigné se faire représenter.

Le seul élu présent était le conseiller départemental, Pierre-Jean GRAVELLE, manifestement plus respectueux que le maire.

Quel mépris, quel défaut d’éducation et d’absence de savoir être.


Ceux qui ne les connaissaient pas découvrent progressivement les lacunes abyssales de ces gens qui prétendent nous administrer et développer le bien vivre à Villecresnes :

Ils n’aiment pas travailler
Ils ne savent pas organiser
Ils ne respectent ni les acteurs locaux, ni leurs concitoyens
Ils n’ont pas le minimum requis d’éducation et de savoir-vivre qu’exige la responsabilité d’élus.
Ils font preuve de la suffisance des incultes

Bref ils nous font honte


mercredi 16 novembre 2016

Brèves d'actualité n°3


L’administration municipale est bancale depuis que le maire s’est séparé ou n’a pas remplacé des éléments-clés de l’administration municipale.
Excusez du peu. Notre ville fonctionne sans directeur général des services (DGS), sans Ingénieur directeur des services techniques (DST), sans directeur financier, sans directeur de l’urbanisme.
Pourquoi tous ces cadres ont-ils fui la gouvernance de monsieur Guille ?
Le pire est que ce déficit de compétence ne peut être compensé, même provisoirement, même partiellement par des élus, à qui le maire ne fait manifestement pas confiance.
Résultat : beaucoup de courriers restent sans réponse, beaucoup de questions demeurent en suspens et les réunions de conseil municipal se résument à la lecture des délibérations, mot à mot, y compris celle des erreurs qui ne sont pas repérées.
Au moins les élus de l’opposition, eux, connaissent les dossiers et les travaillent avant les débats.

L’incertitude augmente à propos de la fibre optique. On ne compte plus le nombre de Villecresnois qui se voient répondre que la fibre n’est toujours pas disponible dans leur quartier, ni ceux à qui on a affirmé le contraire mais qui se retrouvent confrontés à des difficultés de branchements.
Beaucoup de nos concitoyens relatent leur incompréhension sur les réseaux sociaux.
S’il est aisé de comprendre que tout ne peut être fait simultanément, l’absence d’implication du maire et de ses services sur cette question majeure et l’inexistence d’un calendrier prévisionnel clair sont insupportables.
Pourquoi monsieur le maire se désintéresse-t-il du dossier de la fibre ?
Devant ce désert de communication, des citoyens ont entrepris de se mobiliser et nous relaierons leurs questions auprès du maire dès le prochain conseil.

Rue Cavaillès
Des habitants de la rue Cavaillès se sont élevés récemment contre la construction, autorisée par le maire, sur un espace inconstructible de quatre pavillons. (Lire l’article du Parisien)
Le PLU de Villecresnes possède pourtant pour cette zone, un secteur de paysage à préserver (EPB)comportant l’interdiction de construire sauf à compenser par un espace équivalent.
Que dit exactement le PLU sur ce sujet ?

“Dispositions complémentaires pour la partie délimitée au plan de zonage comme secteur de paysage à préserver. Ne seront admis que :

  • Pour les constructions existantes dans cet espace, les travaux de réfection, rénovation, entretien ou extension limitée et ce dans le cadre des utilisations et occupations du sol admises au présent article.
  • Les travaux ou aménagements liés à l’entretien, la gestion de cet espace.
  • Les espaces réservés au stationnement, dans la mesure où ils sont traités dans un souci d’aménagement paysager et qu’ils n’entraînent pas une imperméabilisation des sols.
Dans tous les cas les travaux ainsi autorisés ne pourront porter atteinte à la qualité ou à l’intégrité de cet espace.”
Cliquer pour agrandir

Dans l’article le maire avance l’argument du ”contrôle de légalité en préfecture”. Cet argument n'est pas recevable car le contrôle de légalité ne vérifie réellement que les gros permis (à partir de 30 logements). Mais on a l'habitude de le voir se défausser sur d'autres.
Là également nous interpellerons le maire lors du prochain conseil

Navette scolaire. Après avoir promis la mise en place d’une navette gratuite pour les élèves transférés au groupe scolaire du Bois d’Auteuil avant les vacances, le maire est revenu sur sa promesse et facture dorénavant le service aux parents. Le 20 septembre, devant la pression des parents d’élèves et face à la demande de Villecresnes Avenir de soumettre la question au vote du conseil municipal, le maire publiait en catastrophe une nouvelle promesse : “Une étude est en cours sur la participation de la municipalité au coût engendré par l’utilisation de cette ligne pour les élèves des deux écoles élémentaires. L’ensemble des mesures en faveur des familles sera précisé et mis en œuvre après les vacances de la Toussaint.
Les vacances de la Toussaint sont passées. Il serait temps de sortir la question de la “boîte à oublis” que le maire affectionne tant.

Dépôt de plainte ?
Suite au questionnement de Villecresnes Avenir, le 27 juin, le maire déclarait qu’il avait saisi le procureur de la république à propos de l'éventuelle revente pour leur propre compte, par des agents municipaux, de matériaux de récupération. (Relire le commentaire reçu d’un agent de la collectivité)

Mais y-a-t-il eu dépôt de plainte ou cette déclaration n’est-elle qu’un écran de fumée destiné à masquer la réalité. Villecresnes Avenir exigera une réponse claire au prochain conseil et la présentation du récépissé du dépôt de plainte aux membres du conseil.

mardi 8 novembre 2016

Insécurité et délinquance : il ne suffit pas d’en parler pour avoir des résultats



Depuis son arrivée en 2014, la nouvelle majorité, qui a le devoir d’assurer la sécurité et la tranquillité des Villecresnois, n’a rendu aucun compte de son action au conseil municipal.

En l’absence d’informations et d’éléments chiffrés, de nombreux habitants s’inquiètent d’autant plus que leurs questions demeurent sans réponse lorsqu’ils écrivent en mairie. Alors ils se tournent vers Villecresnes Avenir, et même si cela agace Monsieur le Maire, nous lui remontons leurs remarques lors des réunions de conseil Municipal.

Les cambriolages font leur retour en force, les tags et les dépôts sauvages se multiplient, la vitesse augmente sur toutes les voies que le candidat Guille avait pourtant promis de repasser à 50 km/heure.

A titre d’exemple, dans la rue d’Yerres, qui constitue la plus longue ligne droite de Villecresnes, les aménagements effectués pour réduire la vitesse sont très insuffisants : une ligne en pointillée à la place d’une ligne continue qui éviterait les dépassements abusifs, des coussins Berlinois mal positionnés, aucun contrôle renforcé régulier. Un enfant y a été récemment renversé. Dans la rue de la Bourgogne les séparateurs n’ont tenu que quelques jours.

Le maire et son adjoint en charge de la question devraient savoir que ces questions nécessitent autre chose que des déclarations d’intention et des slogans. C’est une politique permanente, rigoureuse, suivie, reposant sur des constats mesurés, qui est nécessaire.

mercredi 26 octobre 2016

Suite du compte-rendu VIDEO de la réunion du conseil municipal du 3 octobre


Nous publions aujourd'hui les réponses du maire à nos questions orales portant sur la mise en œuvre, à Villecresnes, des mesures de sécurité liées au plan Vigipirate. 



Cette vidéo montre 
  • Un maire qui lit soigneusement un texte qu'un autre lui a probablement préparé. Si la réponse était sincère, elle aurait l'air plus naturelle.
  • Un maire incohérent qui commence par nier tout problème, avant de reconnaître avoir reçu des remarques émanant de parents d'élèves sur certains manquements. 
  • Un maire qui cherche à masquer la réalité par une colère surfaite.
  • Un maire qui au final n'hésite pas à rejeter la responsabilité des défaillances constatées sur l'Education Nationale.
Pour finir le maire accuse les élus de notre groupe de s'appuyer sur des témoignages anonymes, alors qu'il sait parfaitement que les personnes qui nous contactent le font de manière ouverte.

C'est nous qui, compte-tenu de l'esprit mesquin qui anime le maire et son équipe, estimons devoir protéger nos sources. 

dimanche 23 octobre 2016

Compte-rendu VIDEO de la réunion du conseil municipal du 3 octobre

La réunion du conseil municipal qui s'est tenue le 3 octobre dernier a été, comme jamais, marquée du sceau de l'impréparation et de la méconnaissance des dossiers.


Tout commence avec le compte-rendu de la séance du 30 mai, rédigé seulement en octobre, et largement édulcoré pour masquer les déclarations fantaisistes de l'adjoint au finances.

Didier Giard dénonce la manœuvre et exige que le document, que le groupe Villecresnes Avenir ne signera pas en l'état, soit corrigé.


Un conseil mal préparé et peut-être même, pas préparé du tout.
Pas moins de 4 fois, à propos de documents non conformes voire illégaux pointés par nos élus, nous avons entendu le maire répondre : “Nous allons vérifier auprès de” ou “Nous allons vérifier s'il y a lieu de passer ce texte une seconde fois”  
Comment peut-on oser se présenter en réunion sans posséder ses dossiers ? A presque la moitié de son mandat ne serait-il pas temps que monsieur le maire fasse ses preuves ?


Panique à bord pour le maire et son adjointe
L'adjointe au maire, en charge du scolaire et de la petite enfance, a présenté (ou plutôt s'est contentée de lire) une délibération pour le vote de tarifs que la municipalité compte appliquer à la maison de la petite enfance en 2016. Problèmes : 1) La même délibération, présentée fin 2015, a été annulée sans être revotée et 2) il ne peut y avoir d'effet rétroactif en matière de facturation. Impossible donc d'appliquer les dits tarifs cette année.
Prise de panique par la pertinence de la remarque, l'adjointe cherche l'appui de son chef, qui ne connaît manifestement pas davantage le dossier. Triste spectacle ! 


A propos du renvoi de la Directrice Générale des Services

Le maire est contraint de reconnaître que la manière dont il a mis fin aux fonctions de sa Directrice est en marge de la légalité : publication de l'annonce de recherche de remplaçant avant la présentation au conseil municipal d'un document actant officiellement la décision. La charrue avant les bœufs.
Précisons que si la Directrice en question ne retrouve pas d'emploi dans une autre commune, la ville de Villecresnes devra assumer la charge de deux DGS. 


La police municipale autorisée à s'autogérer

Des agents qui décident eux-mêmes de fixer leur rémunération, cela n'existe dans aucune institution publique ou privée sérieuse......sauf à Villecresnes. Pas besoin d'ajouter d'autres commentaires. 




Les réponses du maire à nos questions orales portant sur la sécurité dans les écoles seront mises en ligne ici-même dans quelques jours.


lundi 17 octobre 2016

La réponse d'Annie-France VIDON à la tribune de la majorité

A sa demande, nous publions la réponse et les précisions apportées par Annie-France Vidon, conseillère municipale du notre groupe, à sa mise en cause dans la tribune de la majorité. 

*******

La tribune d’octobre du groupe “Bien Vivre à Villecresnes, publiée dans le magazine municipal a souhaité porter à la connaissance des Villecresnois le fait suivant :

A l’issue du dernier conseil municipal du 3 octobre, dans la salle du conseil, la femme du Maire a été violemment prise à partie par un conseiller municipal de l’opposition, en des termes injurieux tant pour le Maire que pour sa femme, termes que nous n’osons même pas reproduire ici.”

Je souhaite apporter un démenti formel à ces propos qui tentent de déformer la réalité. La seule manière pour moi de le faire est de restituer mot pour mot l’échange que j’ai eu avec l’épouse du maire, que par ailleurs je connais depuis très longtemps.

Agacée, comme tous mes collègues, par la désinvolture avec laquelle le maire avait répondu à nos questions orales, par ses accusations et ses mensonges à notre égard, j’ai eu un échange rapide avec madame Guille à la sortie du conseil. En voici les termes précis :

Moi : “ Si j’étais toi je ne serais pas fière d’avoir un mari comme ça”
Elle : ” Tu es folle” 
Moi : “ Pas du tout je ne suis pas folle et je répète si j’étais toi je ne serais pas fière d’avoir un mari comme ça”
Je poursuis mon chemin vers le parking de la mairie, madame Guille me suit et me lance
Elle : “ Et bien moi, je ne suis pas fière de t’avoir comme voisine ”
Moi : “ J’habitais là avant toi il ne fallait pas venir habiter Villecresnes. Il fallait rester où vous étiez” 

C’est tout.

Nous avons également des témoins qui pourront attester de l’exactitude de ce que j’affirme ici.
Je laisse chacun juger du degré de violence et du niveau d’injure contenus dans les termes employés.

Le maire demande ma démission, mais pourquoi ne s’applique-t-il pas à lui-même ce principe puisqu’il est mis en examen pour diffamation publique envers particuliers (dont je fais partie). C’est autrement sérieux ! Je doute que même si son épouse déposait plainte contre moi la justice me réserve un sort identique.

Le maire demande ma démission, mais pourquoi n’a-t-il pas appliqué le même principe à Madame MONTEMBAULT lorsqu’en pleine séance du conseil municipal elle avait traité, publiquement et de manière très agressive, notre regrettée collègue Sylvie ZANOUNE de “saloperie”. N’était-ce pas violent et injurieux ? Il n’a rien dit à l’époque.

Curieusement cette tribune intervient quelques jours seulement après la parution, dans le journal Le Parisien, de l’information concernant la mise en examen du maire pour “diffamation envers particuliers par parole, écrit, image ou moyen de communication au public par voie électronique”

M. Guille a-t-il souhaité allumer un contre-feu ? S’est-il inspiré de la défense lamentable de Mr Trump ?

Annie-France VIDON, conseillère municipale


jeudi 13 octobre 2016

MENSONGE


Voici un texte envoyé par au maire pour publication sur le site officiel de la ville. 
(Rubrique libre expression)

Lors du dernier conseil municipal, à l’occasion de ses réponses aux questions orales de notre groupe, le maire nous a, une nouvelle fois, accusés de proférer des “accusations mensongères”. C’est cocasse de la part d’un homme qui vient d’être mis en examen pour diffamation envers particuliers.

Nous avons décidé de rappeler quelques vérités à propos du mensonge.

“Un récit est dit vrai quand le fait raconté est réellement arrivé et faux quand le fait raconté n’est arrivé nulle part”. Spinoza.
Le mensonge est donc clairement défini ; il ne laisse pas place à l’interprétation ou à l’approximation. Il y a mensonge lorsque le fait proclamé, n’est absolument pas survenu. Il s’agit de duplicité délibérée.

Le souci de la vérité, comme la pratique du mensonge, dévoilent plus que tout autre comportement, la personnalité de ceux qui en usent.
Attribuer publiquement aux autres des turpitudes inventées, c’est mentir à tous.
Les mensonges qui introduisent et banalisent défiance et suspicion dans les relations entre les citoyens, et vis à vis de leurs représentants, sont dévastateurs pour le corps social.

Le mensonge, la manipulation, la diffamation sont les armes des faibles. Ils leur tiennent lieu de principe d’action, de méthode de gouvernance et de mode de rapport à autrui.
Mentir, c’est refuser de faire face au réel, qui impose de la rigueur et en conséquence, déclarer que les problèmes viennent toujours des autres.

La vérité est une discipline de vie, le mensonge est une dérive. 

dimanche 9 octobre 2016

Il serait temps d'agir face aux décharges sauvages

Régulièrement, nous subissons l’indélicatesse de certaines entreprises peu scrupuleuses qui déversent leurs déchets en pleine nature, souvent à proximité de nos habitations. Nous bénéficions d’un environnement privilégié, proche de vastes espaces verts et boisés. Certains y flânent en famille, d’autres vont ramasser châtaignes ou champignons ou y faire leur footing, et chacun souhaiterait pouvoir profiter pleinement de ce cadre de vie bien agréable sans croiser des tas d’immondices comme c’est le cas actuellement.

Une décharge sauvage est installée depuis plus de 3 mois au bout de la rue des Plantes, en entrée de forêt, des déchets sont peu à peu recouverts par la végétation qui finit par reprendre ses droits, à différents endroits. Mais les sols sont souillés et pour éviter que d’autres ne viennent élargir ces tas d’ordures et de gravats, il est nécessaire que la ville soit réactive et les ramasse. 




Nous vous alertons Monsieur le Maire sur les risques d’une attitude aussi désinvolte face à ces actes d’incivisme répétés. Les lieux sont bien identifiés et l’inertie ostentatoire de la ville est presque un encouragement à l’irrespect de notre si jolie commune.


Nous ne voulons pas d’une ville dépotoir et vous demandons d’agir rapidement, pour le bien être de vos concitoyens. 


jeudi 6 octobre 2016

Gérard GUILLE, maire de Villecresnes, mis en examen

Le 15 septembre 2015, plusieurs élus de la précédente équipe municipale, dont l'ancien maire, ont déposé une plainte en diffamation calomnieuse contre Monsieur Gérard GUILLE, suite aux propos tenus publiquement lors du conseil municipal du 30 juin dernier, au cours duquel il avait violemment accusé les membres de l'ancienne majorité d'avoir emmené l'ensemble des dossiers en cours, à l'issue de leur mandat. (Cliquer sur ce lien pour revoir la vidéo)

Les personnes mises en cause avaient considéré que cette accusation, gravissime dans son contenu et sans fondement, portait gravement atteinte à leur image publique et à leur honneur.

Le Parisien daté de ce jour nous informe qu’à la suite de l’enquête menée par les services de Police, le juge d’instruction a décidé la mise en examen de Monsieur GUILLE, pour diffamation envers particuliers par parole, écrit, image ou moyen de communication au public par voie électronique.


Le dossier a été transmis au parquet.

Cliquer pour lire l'article

vendredi 30 septembre 2016

Nos questions pour la réunion du conseil du 3 octobre 2016

Voici les questions que le groupe Villecresnes Avenir a fait parvenir au maire, pour qu'il y soit répondu au cours de la prochaine réunion du conseil municipal, prévue lundi 3 octobre 2016 à 20H30. Elles concernent la mise en oeuvre des mesures de sécurité liées au plan vigipirate à Villecresnes et principalement dans les écoles.

Comme d'habitude les réponses seront filmées et diffusées sur les réseaux sociaux.

Cliquer pour lire

lundi 26 septembre 2016

Laxisme et manque de vision

Crédit photo : Mal Villecresnes

Voici le texte de la tribune de notre Groupe, tel qu'il a été transmis au service communication pour insertion dans le magazine municipal du mois d'octobre.


La majorité augmente les impôts sans que nos concitoyens bénéficient en retour de services et d’une meilleure qualité de vie.

Quelle est la situation ?
  • Retour sur les engagements pris à propos des transports des élèves de l’ancienne école Atilly vers le Bois d'Auteuil (Lire en cliquant ici)
  • Diminution des subventions aux associations,
  • Dépôts sauvages en augmentation dans la ville 
Et pour parfaire le tableau, n’oublions pas le manque d'entretien des espaces verts qui s'ajoute à une voirie laissée à l'abandon dans de nombreux quartiers. Il est aujourd’hui plus aisé de citer les rues en bon état que celles où il faut éviter les trous, déceler le tracé d’un passage protégé, éviter une branche d’arbre… et la liste pourrait être longue.

Selon le code des communes, l’entretien des voies communales doit être assuré par la commune. La municipalité engage sa responsabilité pour les conséquences négatives (accidents…) causées par un défaut d’entretien des voies communales. Cela a certainement échappé aux édiles à la tête de notre ville. Il ne suffit pas de refaire un tronçon pour se dédouaner. Il ne s’agit pas de commencer des travaux la veille d’élections pour se disculper. Nous attendons la présentation d’un plan pluriannuel de travaux et d’aménagements qui prennent en compte les circulations douces.

En cette rentrée les élus de Villecresnes Avenir sauront être attentifs et travailleront pour l’amélioration de la vie quotidienne de tous.

Nous avons également publié un billet de libre expression sur le site internet de la ville dans lequel nous suggérons à la municipalité d'oser l'innovation en mettant du bio dans les assiettes de nos enfants. (Lire en cliquant sur ce lien)


vendredi 16 septembre 2016

Nous voulons un débat ouvert sur le transport des élèves au Bois d'Auteuil

Villecresnes Avenir vient de demander au maire d'inscrire la question de la gratuité de transport scolaire vers l'école du Bois d'Auteuil, à l'ordre du jour de la prochaine réunion du conseil municipal.
Voici la lettre qui lui a été remise hier, 15 septembre.


Cliquer sur l'image
Un sujet aussi lourd de conséquences pour les familles ne peut être traité en catimini. 
Par ailleurs il est temps que chaque élu fasse preuve de courage et affiche sa position.

Une réunion du conseil soit prévue le 3 octobre.
Nous vous tiendrons informés de la réponse.

lundi 12 septembre 2016

Une TROISIÈME condamnation pour le maire de Villecresnes

Le tribunal administratif de Melun vient d'annuler une décision de monsieur Guille pour la TROISIÈME FOIS en quelques mois.

Le maire et son adjoint à l'urbanisme (bien passif), s'étaient acharnés, sans aucune raison technique ou urbanistique valable, à refuser un permis de construire à un Villecresnois, et ce malgré une injonction préfectorale à annuler la décision de refus. 


Les annulations répétées de ses décisions par la justice démontrent, une nouvelle fois les approximations, la méconnaissance des dossiers, l'incompétence générale et surtout l'esprit partisan à partir desquels le maire de Villecresnes prend ses décisions.

A ceux qui lui chercheraient encore des circonstances atténuantes du type “le pauvre, il est si mal entouré” nous citons le proverbe chinois très connu : le poisson pourrit toujours par la tête.